Veracash Avis : compte adossé aux métaux précieux

0
143
veracash avis

Notre avis sur VeraCash


Dans cet article nous allons vous parler et vous donner notre avis sur Veracash. Véritable compte adossé aux métaux précieux et hors système bancaire. De plus en plus de moyen d’épargne et de système de paiement hors système bancaire se développent. Ces comptes ont en effet l’avantage de ne pas être directement liés au système bancaire du pays et par conséquent, n’en subissent pas les décisions.

Veracash vous permet d’obtenir un compte et une carte de paiement directement adossé aux métaux précieux. Ainsi, vous pouvez épargner et dépenser votre or, votre argent ou vos millicarats de diamants. La société proposant de placer votre argent sur chacun de ces supports, il vous suffit simplement de choisir la répartition de vos placements et de transférer vos fonds. Ce procédé simple vous permettra également de vous faire rapidement votre propre avis sur Veracash.

A lire aussi : ETF c’est quoi et à quoi ça sert ?

Avis Veracash : une épargne en sécurité


Si notre avis sur Veracash est très positif c’est que votre argent est également en sécurité. En effet, le service Veracash est proposé par la société Aucoffre.com. Cette société, leader de l’achat et de la vente d’or en France, offre à ses clients la possibilité de stocker son or, son argent et ses diamants dans des coffres forts. Aujourd’hui, c’est plus de 3 tonnes d’or et 25 tonnes d’argent que la société stocke pour le compte de ses clients.

Veracash allie donc la facilité d’un service en ligne avec la sécurité des coffres forts tout en offrant un système simple et intuitif. Acheter, stocker et dépenser vos métaux précieux comme bon vous semble, le tout, encore une fois, hors système bancaire. Notre avis sur Veracash est donc explicite, c’est un placement de choix pour votre épargne. Votre argent est en sécurité physique, placé sur des valeurs refuges. Le tout avec une liquidité au top puisque votre argent est disponible immédiatement.

Investir sur Veracash 

 

 

Sources complémentaires

Leave a reply